Chronique inachevée d’une censure totale

J’apprends que la liberté d’expression serait gravement menacée par une pétition qui demande qu’Éric Zemmour soit banni de la télévision.

La liberté de quoi ?

Ça fait bientôt trente ans que j’écris et que je suis publiée. Et pourtant, cela fait trente ans que je suis l’objet d’une censure totale, parfaite.

Ma vie professionnelle et sociale a été brisée, broyée, anéantie par une main invisible qui obtient qu’on déprogramme mes passages, qu’on pilonne mes livres, qu’on ne mentionne pas si j’ai obtenu un prix littéraire, qu’on ne relaye aucun de mes travaux, quels qu’ils soient.

La presse ne parle de moi que pour m’insulter et Wikipédia interdit qu’on dise que je suis historienne.

J’ai 68 ans. J’en ai passé trente à me battre contre un ennemi omniprésent qui a décidé de me faire taire et qui n’a, jusqu’à présent, réussi qu’à me raffermir.

La liberté d’expression ? Ici en France ?

De quoi parlons-nous ?

Cette vidée a été enregistrée en 2014. Ci-dessous ma bibliographie actualisée.

 

  • Le Petit Coco, Sylvie Messinger, 1989. Récit autobiographique.
  • Les Deux Cœurs du monde, du kibboutz à l’Intifada, Flammarion, 1991,
    • Traduction en allemand, Das Herz Zweier Welten, Goldmann Verlag, Munich, 1992.
  • Russes errants sans terre promise, L’Harmattan, 1994. Récit sur l’errance de couples mixtes entre Israël et l’empire soviétique en décomposition.
  • Libres Femmes de Palestine, éditions de l’Atelier, 1996. L’invention d’un système de santé pour les plus pauvres.
  • Mansour Kardosh, un juste à Nazareth, éditions de l’Atelier, 1997. Biographie d’un des premiers combattants pacifiques palestiniens, meunier à Nazareth
    • Traduction du livre en arabe, pour le HRA, Arab Human Rights à Nazareth en 1998.
  • La Terre promise aux Sud-Africains, éditions de l’Atelier, 1999.

Récit du combat des laissés-pour-compte après l’abolition de l’apartheid.

  • La Marche rouge, les enfants perdus de l’Hôpital général, Paris, Jacqueline Chambon ; Arles, Actes Sud, 2008.
  • Mourir à l’ombre des Lumières, l’énigme Damiens, Arles, Actes Sud, 2010.
  • Le Mystère du tableau de David, Dijon, Éditions de Bourgogne, 2010.
  • Du Kibbouz à l’Intifada, 2012, réédition Kontre Kulture.
  • De la Centralisation monarchique à la Révolution bourgeoise – L’Absolutisme royal et ses opposants, Kontre Kulture, 2014.
  • La Chasse aux Sorcières et l’Inquisition, Kontre Kulture, 2014.
  • Dominique Cartouche, la véritable histoire, en collaboration avec Loïc Sergeat, Kontre Kulture, 2014
  • Voltaire – Une imposture au service des puissants, Kontre Kulture, 2014
  • Russes errants sans terre promise, réédition Kontre Kulture 2014.
  • Damiens, la véritable histoire, en collaboration avec Loïc Sergeat, Kontre Kulture, 2015
  • La mort du Roi et les secrets de saint Fargeau, Kontre Kulture, 2015
  • Avec Alain Escada, Foi de dissidente, Civitas, 2016.
  • Les Droits sexuels ou la destruction programmée de l’enfance et de la famille, Sigest 2016
  • Le Tournant de la Régence, Kontre Kulture, 2017.

Préfaces

  • Préface de Kinsey, la face obscure de la révolution sexuelle par Judith Reisman KK 2016
  • Préface de Sous la Révolution, par G. Lenotre, collection « La Révolution française », Degorce Éditions

 Ouvrage collectif

  • Le coup d’Etat  bolchévique 100 ans après sous la direction de Iurie Rosca, Sigest

https://edsigest.blogspot.com/2018/01/le-coup-detat-bolchevique.html

Ici la version écrite de ce récit :

1 – France, mère des arts… Episode 1

2 – Du kibboutz au pilon. Episode 2
3- On ne va pas publier ça. Episode 3
4- Secourir des juifs ? Que voilà une compassion suspecte ! Episode 4
5 – Personne ne veut d’un sujet pareil ! Episode 5
6 – Votre haine vous aveugle. Episode 6

 

3 Comments

  • Jacques Abel 13 octobre 2018 Reply

    Bonjour Madame Sigaut,

    Permettez que je cite Molière quant à cette censure qui prétend nous faire taire:

    « Il n’est pas bon de vivre en sévère censeur, on gagne les esprits par beaucoup de douceur. »

    C’est avec humour et joie que je vois la haute maison France, où les celtomanes s’évertuent à faire péricliter la fortune qui la faisait tant aimer; écouter, maison où le sérieux s’en va là-bas; n’importe où ou l’ennuis n’y devient pas aussi sérieux.
    D’autant plus, qu’on y fait hâter la médisance et les ragots!

    Néanmoins, je me tranquilise, quant à cette vaine entreprise qui veut couper comme herbe la Vérité, car, certainement plus pour vous que beaucoups d’autres, se pressent qu’on s’en tirera, qu’on arrivera malgré tout à intervenir, dans ce pays aux manières d’honorabilité et de réputation, en gérance!

    Je suis certain que nos droits légaux n’y sont pas morts, que face aux besoins des ménages en authenticité, de leur gêne de moins en moins masquée face à toute la laideur ambiante, les choses indubitables parviendront à la connaissance publique.
    Public, dont l’état de fortune dans son propre pays, à tous points de vue, subit tous les accrocs alors qu’il s’engageait sereinement dans les stipulations d’échange avec les autres, tout le monde à s’entendre et se comprendre; se respecter pour bien souvent s’apprécier une fois réalisé que les différences sont par le fait bien minimes entre nous, se retrouve presque immobile!

    Contraint par des opérateurs acharnés à l’empiètement foiste, à la sublimation du faux; du mauvais, de l’absurde, à s’assombrir l’âme pour continuer à exister misérablement.
    Peut-etre aussi la peau, si les idées dégénérescentes prospèrent sans vraies alternatives, mais, comme j’ai la peau nègre, je ne saurais tenir en horreur de l’avoir!

    Cepandant, nous le voyons tous les jours, grâce à Dieu, le peuple ne se livre pas à la duplicité, ni ne succombre à toute la broderie de facilités conceptuelles, non, non, non!
    On le voit! Toujours poli, debout, attendant une main sur l’autre, moins soumis et pénitent que très attentif, volontaire, prêt à épouser toute cause éclairée, bien entendue, sue et comprise, infaillible!

    Madame, ne doutons pas, continuons à bien regarder et faire face aux claques fiel, ils ne servent plus qu’eux-mêmes, bavardent entre et pour eux-seuls!

    En vérité, ce peu de gens qui interviennent sur tout; pour nous, comme le fait l’adulte pour l’enfant, ne font que cémenter notre unité de patriotes, en un acier si dur, duquel nous forgerons la lame qui les fendra en deux, eux et l’armure dont ils sont parés!

    Le temps n’est pas leur propriété et encore moins leur énergie, quoi qu’ils fassent pour, il n’existe plus aucun moyen de nous défaire de notre restauration à venir!
    Ils n’ont pas saisi qu’il ne saurait y avoir d’égalité là où l’uniformité fait défaut! Uniformité au sens littéral, celui voulu par Dieu le Père Tout Puissant!

    Ils n’ont pas compris tous ces châtelains, la grandeur et l’importance du fief!
    Qu’ils travaillent à commercer et faire de l’argent, bientot l’hésitation n’existera plus et, ce sera le retour des formalités héritées de très anciens défunts ancêtres!

    Madame, c’est parce que je vous vois dépourvue de cette malhonnêteté dont se recouvre le fretin, que je me suis affectueusement autorisé à me poser sur votre très intéressante page à lire, tout aussi pour répondre à votre appel à Résister… J’espère que vous ne m’en tiendrez pas rigueur.

    Avec mes franches pensées, bien à vous.

  • Peter 31 octobre 2018 Reply

    Bien entendus l’association a la volonté de renouveler ses lecteurs… je fait partis de ceux qui ont beaucoup acheté chez Kontre Kulture… facilement 50 peut être 100 livres.. Une bonne partie de vos premiers livres mais ça fait un moment que je n’achètes Plus. C’est inéluctable… et vous devez le savoir. La progression logique aurait été d’avoir un public plus mature et probablement moins jeune… Je crois au contraire que vous gagnez à chaque fois en lectorat jeune mais qu’il ne reste pas. L’accompagnement ça veux tout dire. Cdlt

    • Marion_Sigaut 31 octobre 2018 Reply

      Je prends seulement connaissance de vos trois posts et je vous avoue que je n’y comprends rien. Auriez-vous la gentillesse de me résumer les faits depuis le début ?
      Merci

Laisser un commentaire