Une femme contre les pervers sexuels qui dirigent le monde

Kinsey et ses amis

Il peut sembler étrange qu’une personnalité aussi brillante que celle de Judith Reisman ait dû attendre qu’Alain Soral la publie pour être connue en France. 

La vérité est que son histoire se confond avec celle de la trahison des élites qui propagent, depuis le milieu du XXe siècle, une imposture abominable qui a fait du sexe, hier tourné vers l’amour, la beauté et la vie, un outil de domination axé sur la souffrance et la mort.

Au cœur de cette imposture, la collusion inouïe entre un savant fou et pervers, la fondation Rockefeller et la CIA.

Et, seule contre tous ou presque, une femme : Judith Reisman.

Judith Reisman, ou comment nous sommes passés d’un monde de pudeur qui défend ses enfants et honore ses femmes, à un monde dirigé par des prédateurs abominables.

Toute ressemblance avec la crise du Covid est évidente…

 

3 Comments

  • François Thouvenin 18 juin 2021 Reply

    L’un des honneurs de ma vie aura été de traduire un ouvrage de cette femme absolument remarquable. Que sa belle âme droite et courageuse repose en paix.

  • Trampczynska-Hirschi 13 septembre 2021 Reply

    Chère Madame Sigaut, merci pour cet éclairage totalement terrifiant. Implorons l’esprit de nous donner le courage de Judith pour défendre nos petits enfants. Je voudrais vous demander de ne pas utiliser le terme offensant des « camps polonais « ce que vous faites à deux reprises dans la vidéo. Car il s’agit des camps allemands ! Dans la Pologne occupée par Hitler.
    Zuzanna Trampczynska, Varsovie

    • Marion_Sigaut 13 septembre 2021 Reply

      Bien sûr Zuzanna, vous avez raison. Je ne pensais pas à mal. Dans mon idée, un camp est français en France et polonais en Pologne, même si, bien sûr, ce sont des camps régis par les Allemands. Mais je crois que le public français ne s’y trompera pas et n’accusera pas la Pologne des crimes commis contre elle sur son territoire.

Laisser un commentaire