2 Comments

  • Âne Onyme 11 avril 2016 Reply

    Même à l’université, je n’avais pu me faire de cette période qu’une image fort imprécise. Les faits qu’évoque ici Mme Sigaut, s’ils peuvent sembler n’avoir entre eux que peu de liens, sinon l’époque, donnent une cohérence à tout ce que je savais de cette partie de notre passé. Judicieusement choisis, il nous révèlent ce que l’on ne nous apprend pas, fût-ce même (ou surtout ?) à nos futurs profs d’Histoire

    La personnalité de Dubois me devient compréhensible pour la première fois. Quant à Louis de Rouvroy, duc de Saint-Simon, ce personnage ignoble, précurseur des mensonges voltairiens, ses ahurissants Mémoires sont de ces textes qu’on nous enseigne en cours de français, ce qui permet de ne s’intéresser qu’à leur valeur littéraire, éludant toute critique sur leur véracité… Ou comment Marie-Âne (bâtée) nous impose les plus grotesques contre-vérités sur notre passé…

  • Nicolas Larger 17 avril 2016 Reply

    Je n’ai pas trouvé votre conférence au Puy en Velay sur votre blog. Elle était excellente, et je voudrais préciser certains points. Le premier voeu de Louis XIII a été fait à Toulouse. Vous pouvez trouver le détail sur notre site. La consécration à Marie absunte ( de l’assomption) vient de la compagnie royale des pénitents bleus de Toulouse.
    Ce que la révolution a cassé et qui est en train de se rétablir, c’est le « Droit Divin ». Vous pouvez trouver le détail également sur notre site Prions pour la France.
    A votre disposition pour de plus amples détails.

Laisser un commentaire